Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 17:40

Texte 1 :

Pour 33 pays africains et tout particulièrement pour un pays sahélien comme le Mali, le coton est une source vitale de revenus monétaires pour les producteurs. L’or blanc est aussi un vecteur de développement jusqu’ici sans substitut. Mais au Sud les prix payés aux producteurs de coton sont laminés par les subventions versées à ceux du Nord. En revanche, le pétrole et les biens manufacturés suivent leur cours, à la hausse. Et, pour les planteurs maliens, l’or blanc est aujourd’hui symbolique d’un échange inégal qui leur interdit toute perspective de développement.

RFI par Monique  Mas - Article publié le 12/12/2005 à 16:26 TU

 

 

Texte 2 :

…la bourse du coton de New York aux Etats-Unis joue un rôle clef sur le marché mondial. Cela se comprend aisément, ce pays est en effet le premier exportateur au monde. Surtout, les Américains sont les seuls à avoir su préserver cette institution depuis sa fondation, le 1er octobre 1870. A l’époque, les Etats-Unis sont déjà un très gros producteur de coton, grâce à une main d’œuvre abondante et pas chère: les esclaves noirs. Aujourd’hui en situation de quasi-monopole pour les cotations du coton, les Américains ne sont pourtant ni les seuls ni les premiers à avoir mis sur pied un tel mécanisme.

     RFI par Jean-Pierre  Boris - [15/08/2003

 

 

 

Texte 3 :

27/03/ 2010- J.P Boris

Burkina Faso : la prochaine récolte de coton sera principalement transgénique 

La prochaine récolte de coton au Burkina Faso sera à 95% du coton transgénique. C'est ce qu'ont annoncé les dirigeants de la filière cotonnière burkinabée à la fin de la semaine dernière. Le Burkina Faso est le principal producteur de coton en Afrique subsaharienne. Il est le premier à sauter ce pas mais ne devrait pas être le dernier.

 

 

 

Texte 4 :

Le Burkina Faso, un producteur de coton face à la mondialisation et à la dépendance économique. Destinée aux marchés internationaux, la fibre cotonnière est achetée par quelques négociants occidentaux tels que le suisse Paul Reinhart ou le français Louis Dreyfus pour être principalement envoyée en Asie du Sud-Est – Chine, Thaïlande, Inde, Indonésie, Singapour, Viêtnam et Taïwan –  et en Europe – Allemagne, Suisse, Italie, France et Portugal –. Le Burkina Faso ou ses voisins africains pour lesquels le coton est, nous l'avons dit, l'une des principales, si ce n'est la principale, sources de revenus sont alors dépendants du cours très irrégulier de l'indice A Cotlook fixé à New-York et libellé en dollar.

Valerie Hauchard 2007

 

 

 

 Texte 5 : 

MFI / 19.03.2013) – Claire Fages

Le prix du coton a gagné 20 % depuis le début de l’année car la fibre se fait rare sur le marché mondial. Mais attention : que se passera-t-il si la Chine libère ses énormes réserves ?

 

A près de 93 dollars la livre ce vendredi, les cours du coton n’avait pas été aussi hauts depuis près d’un an. On n’est encore qu’à six mois de la prochaine récolte dans l’hémisphère nord, et les fabricants de fil de coton, en Turquie et au Bangladesh, n’ont plus de réserve. Le marché mondial manque de fibres. Un véritable paradoxe alors que les stocks mondiaux de fibre blanche n’ont jamais été aussi élevés.

Le problème, c’est que 54 % de ces stocks sont inaccessibles parce qu’ils sont immobilisés en Chine. Non seulement Pékin subventionne ses producteurs de coton, majoritairement situés dans la région autonomiste du Xinjiang, pour des raisons politiques, mais elle constitue comme jamais des réserves stratégiques pour être à l’abri d’un choc comme en 2011, où la livre de coton s’était envolée à 2,27 dollars. …

 

 

Texte 6 : 

Itineraire d’un tee shirt de Pietra Rivoli (extrait)

Le coton de Nelson Reinsch quitte la Coopérative de Compression des Fermiers de Lubbock et prend à gauche sur la carte en direction de la Chine. Le coton, généralement transporté en camion, parfois en train, traverse les vastes étendues vides de l'Ouest du Texas, du Nouveau-Mexique et du Nevada, pour atteindre la côte pacifique, à Long Beach en Californie. Le coton est alors chargé sur un navire et il continue sa route vers l'ouest. Quelques jours plus tard, il arrive au port de Shanghaï dans le tumulte assourdissant de l’étrange nouveau capitalisme chinois. C'est là que le coton des Reinsch sera filé en bobines, tricoté en pièces textiles, découpé et finalement cousu pour devenir un tee-shirt. L’étiquette « Fabriqué en Chine » sera ajoutée à l'intérieur du col. Et, ainsi transformé, le coton texan retournera en Amérique1.

 

Texte 7 :

Itineraire d’un tee shirt de Pietra Rivoli

La filature numéro 36 de Shanghaï

Quand vous pénétrez dans la filature de coton numéro 36, tous vos sens sont pris d'assaut. C'est d'abord le bruit infernal, un fracas métallique assourdissant de réelles machines, plutôt que le vrombissement électronique ou les bips que l'on entend dans les usines américaines. Ce brouhaha étouffe non seulement toute velléité de conversation mais empêche même de penser. Une fine poussière de fibres de coton couvre les gens et les choses dans l'usine. On ne respire pas de l'air mais une vapeur poussiéreuse car un niveau d'humidité élevé est maintenu dans l'atelier pour réduire les ruptures de fils….rien n'est assemblé dans une filature de coton, et rien n'est linéaire non plus. Le processus de fabrication est plutôt une transformation qu'un assemblage, et presque chaque étape est de nature circulaire : le bobinage, le retordage, le filage, l'enroulage..

 

 

texte 8 :

Itineraire d’un tee shirt de Pietra Rivoli

L'usine de vêtements n°3 « Splendeur de Shanghaï »

..fil il devient vêtement….Chaque femme effectuait une seule opération, répétée ad infinitum : les manches, les coutures sur les côtés, les cols, ou les ourlets. Chaque ouvrière a à côté d'elle un grand panier qu'elle remplit au fur et à mesure qu'elle avance dans son travail. Quand le panier est plein, il est déplacé vers l'ouvrière assise derrière, qui effectuera l'opération suivante.

 

 

Doc 1 : Source : base de données COMTRADE des nations Unies


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires