Jeudi 24 mai 4 24 /05 /Mai 00:13

 Texte 1: Article publié par le BRGM , Gourbeyre le 13/01/10

 

….. Concernant l’origine des séismes susceptibles d’affecter directement la Guadeloupe, la plupart sont dus à la subduction des plaques Amérique sous la plaque Caraïbe, tel le séisme du 8 février 1843 (magnitude estimée supérieure à 8) ou du 11 janvier 1839 (magnitude estimée proche de 7.5). La zone de subduction correspond à une zone sismique susceptible de produire des séismes de forte magnitude. Néanmoins, concernant l’archipel de Guadeloupe, l’interface entre les deux plaques se trouve entre une cinquantaine et près de 150 kilomètres de profondeur. On parle dans ce cas de source sismique lointaine, à l’exemple du séisme du 29 novembre 2007 localisé à près de 150 km de profondeur à l’intérieur de la plaque plongeante Amérique.

 

Par ailleurs, la plaque Caraïbe est aujourd’hui soumise à des déformations intraplaques capables de produire des séismes générés sur des failles dont la profondeur va de quelques kilomètres à dizaines de kilomètres. C’est le cas du séisme du 21 novembre 2004, localisé à proximité des Saintes (de magnitude 6.3 et de profondeur focale 14 km). On parle alors de sources sismiques proches. …..

Les fortes magnitudes attendues sur les grandes failles actives intraplaques Caraïbes localisées à proximité de l’archipel de Guadeloupe sont plus vraisemblablement de l’ordre de 6.0 à 6.5, soit beaucoup moins puissant que le récent séisme d’Haïti ….

Une de ces failles locales se situe à proximité de l’agglomération la plus importante de Guadeloupe. Il s’agit de la faille dite du Gosier. Dans le cadre d’une étude menée par le BRGM dans le cadre du Plan Séisme Antilles, intitulé « Scénario Départemental de Risque Sismique – SDRS en Guadeloupe » (octobre 2009), les conséquences d’un séisme de magnitude 6.2 (soit une longueur de de 12 km) à 10 km de profondeur à proximité de la région pointoise, ont été simulées. La simulation prend en compte l’état de vulnérabilité au séisme des milieux construits, à partir des études les plus récentes élaborées en la matière. Les résultats complets sont donnés ci-joints. Il apparaît que, dans l’hypothèse d’un tel séisme, les dégâts tout en étant moins importants que ceux de Port-au-Prince, seraient néanmoins considérables : intensité à l’épicentre de VIII à IX et localement X (comparable vraisemblablement à la situation de Port-au-Prince), effondrement partiel ou total de 5% du bâti courant (soit environ 9000 bâtiments), de 6% des bâtiments scolaires et 10% des bâtiments des zones d’activité tel que Jarry. Les chiffres sont valables à l’échelle de la Guadeloupe. Pour les communes proches de l’epicentre  la proportion est au moins le double

 

Le scénario « faille du Gosier » est un des 10 scénarios de simulation traité dans le SDRS. …D’autres scénarios simulés conduisent à des dégâts potentiels très importants à l’échelle de la Guadeloupe, notamment celui correspondant au séisme de 1843 (magnitude de l’ordre de 8.0). Cela souligne le bien fondé des actions de prévention qui sont conduites depuis de nombreuses années en Guadeloupe, notamment par les services de l’Etat. Ces actions, quelles qu’elles soient (information des populations, des élus, réglementation parasismique, zonage…) ont pour but de minimiser les conséquences d’un séisme majeur  qui reste inéluctable en Guadeloupe.

 

 

Texte 2: Tremblement de terre en Guadeloupe -  lundi 22 Novembre 2004

Par Badara Diouf – Afrika.com

L’île de la Guadeloupe a été secouée et réveillée, dimanche à 7h50, par un séisme évalué à 6.3 sur l’échelle de Richter. Les communes les plus touchées sont celles de Trois Rivières, Capesterre Belle-Eau et de Terre De Bas. Une cellule de crise pour venir en aide aux habitants a été mise en place par les autorités françaises. Les premiers secours s’organisent. « Sur le plan humain, le tremblement de terre a provoqué la mort d’une fillette de trois ans et on compte quatre blessés évacués d’urgence par les services du SAMU (Service d’aide médicale d’urgence, ndlr) de Pointe à Pitre. Une vingtaine de maisons ont été détruites. Des tentes ont été installées par les militaires français, épaulés par un effectif médical pour aider psychologiquement les victimes post-traumatiques. Le nombre de sinistrés devant bénéficier de cette aide devrait avoisiner les 400 personnes. La situation sismique reste stable, d’après les experts en sismologie présents dans l’île. D’autre part la solidarité insulaire a beaucoup facilité le travail des secours », rapporte le docteur Etchepare, adjoint au SAMU de la Guadeloupe.

La pluie comme facteur aggravant

Sur le plan matériel, les dégâts sont très importants : routes coupées du fait des glissements de terrain, le réseau téléphonique semble pour le moment intacte, mais beaucoup de foyers restent sans électricité. A Terre De Bas, 70% du réseau électrique est hors d’usage. Dans cette même commune, un collège de construction récente et un immeuble de gendarmerie, répondant aux critères anti-sismiques servent d’abri pour les habitants. Les écoles sont restées fermées en attendant un retour à la normale.

Pour Monsieur Labiny, directeur général des services adjoints d’une commune de l’île, qui est allé recenser les dégâts causés par le séisme, les pluies qui sont tombées depuis jeudi dernier sur l’archipel n’ont fait qu’accentuer la gravité de la situation en provoquant des coulées de boues et en rendant les routes impraticables. « Le centre ville est désert, les parents sont restés pour la plupart auprès de leurs enfants à cause de la fermeture des écoles », ajoute t-il. Pour monsieur Martol, père de famille vivant à Pointe-à-Pitre, dans la commune de Terre De Haut, la pluie a crée plus de peur dans les esprits que le tremblement de terre lui-même. Néanmoins, la situation semble stable et les Guadeloupéens composent tant bien que mal avec le drame en attendant que la vie quotidienne reprenne comme avant.

 

Texte 3: Inondations dramatiques en Guadeloupe

Guadeloupe - 971

Commenter cet article

Dernière modification le jeudi 6 janvier 2011 à 0h00- chaine meteo

Des pluies torrentielles

 

Une zone pluvio-orageuse assez active affecte la Guadeloupe depuis le début de la semaine. C'est le sud-est de l'île, et plus particulièrement la région de Basse-Terre (communes du Moule, des Abymes, de Morne-à-L'eau et de Sainte-Rose), qui a été le plus touché par ces pluies torrentielles. Celles-ci ont entrainé des crues subites et des glissements de terrain qui ont coupé plusieurs routes. Ce matin, On relevait 1 à 2 mètres d'eau par endroit. Depuis lundi, les cumuls de pluies sont estimés à plus de 100 à 150 mm, avec même localement jusqu'à 190 mm enregistrés au Raizet. De plus, un vent d'est modéré souffle sur le sud-est de l'île, freinant ainsi l'écoulement des eaux fluviales vers la mer et aggravant d'autant plus le phénomène d'inondation. Alors que ces intempéries ont déjà fait trois victimes et deux disparus, nos dernières prévisions météo prévoient encore une relative accalmie ce jeudi.

 

 

Texte 4 : L’eruption de la Soufriere en 1976

BRGM

La Soufriere de Guadeloupe qui culmine à 1,467 m, est un strato volcan dont le sommet constitue un dôme dans la partie sud de l'île. 

Il y a eu au moins 10 éruptions de type explosif depuis le XVI ème siècle. 

La dernière éruption qui remonte à 1976, s'est soldée par l'évacuation pour plusieurs mois d'environ 70 000 personnes, bien qu'il ne se soit produit que des éruptions mineures.

Les villes de Basse Terre et Saint-Claude  ont été entièrement évacuées pendant la crise

 

Texte 5

Le Plan Séisme Antilles pour les bâtiments publics

En 2007, le gouvernement a souhaité mettre en place un plan spécifique pour les Antilles, appelé «Plan Séisme Antilles» visant à protéger les populations. Ce dispositif vient en complément des actions de sensibilisation de la population et de qualité de la construction neuve, déjà engagées depuis 2005 dans le cadre du Plan national de prévention du risque sismique.

Le Plan Séisme Antilles se fixe comme objectif le renforcement du bâti antillais et prioritairement des bâtiments de gestion de crise (gendarmerie, SDIS), des bâtiments publics (enseignement, santé, administrations) et du parc des logements sociaux.

En première approche, le montant des investissements à réaliser pour mettre à niveau les bâtiments publics a été estimé en 2007, à 2 milliards d’euros sur chaque île (Martinique et Guadeloupe).

Année économique et sociale 2008 en Guadeloupe -Claude Millo, Diren

 

Texte 6 Prevention des risques et nuisances

L’archipel guadeloupéen est contraint par la plupart des aléas naturels :

les mouvements de terrain,

les inondations,

les cyclones et leurs effets (houle et submersion marine) ;

les séismes ;

les éruptions volcaniques.

Par ailleurs, le foncier disponible se raréfie compte tenu des contraintes géomorphologiques des îles, associées à un besoin en développement et une démographie croissante. Le réchauffement climatique tend enfin à amplifier la force et la récurrence des phénomènes naturels. Il s’agit donc aujourd’hui plus que jamais d’impérativement prendre en compte le risque dans l’aménagement du territoire : c’est la vocation des plans de prévention des risques naturels prévisibles (PPR).        Direction de l’environnement de l’amenagement et du logement mise à jour 3 decembre 2012 (internet)

 

Texte 7: Qu'est ce qu'un Plan de prévention des Risques Naturels [PPRN] ?

C'est l'outil privilégié de l'État et des communes en matièrede prévention des risques naturels.

Il est réalisé par l'État en concertation avec la ou les communes concernées.

C'est une procédure spécifique qui vise à prendre encompte les risques naturels dans l'aménagement et réglemente l'utilisation des sols en fonction des risques naturels identifiés.

C'est une servitude d'utilité publique qui s'impose àtous, notamment lors de la délivrance des permisde construire.    Direction de l’environnement de l’amenagement et du logement mise à jour 3 decembre 2012 (internet)

 

 

 

 


 


 

. 
  

 

 

Par ccfcaphistoiregeographie - Publié dans : geographie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Catégories

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Texte Libre

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus